Taxe d’habitation et taxe foncière, quelles diférences ?

Les taxes servent à alimenter le budget des collectivités locales. Les propriétaires d’un bien immobilier, mais aussi les locataires d’un logement, doivent s’acquitter de plusieurs taxes locales en fin d’année. Il y a notamment la taxe d’habitation (plus d’infos), la taxe foncière et la redevance télévisuelle.

Quelles sont les différences entre la taxe d’habitation et la taxe foncière ?

Les deux taxes sont deux types d’impôts locaux. Néanmoins, la taxe d’habitation est perçue depuis l’année 1974 sur toute personne non indigente qui dispose, à titre quelconque, de locaux d’habitation. Cette taxe est au profit des collectivités territoriales. Elle va directement dans le compte de la commune ou des groupements de commune où l’habitation se situe. La taxe d’habitation contribue ainsi à financer les services rendus aux habitants ou des équipements collectifs.

La taxe foncière suit le code général des impôts, notamment selon ce qui est prévu par les articles 1380. Elle se calcule annuellement et à partir des propriétés bâties sises en France, sauf pour celles qui bénéficient d’une exonération. La taxe foncière est ainsi demandée à tous les propriétaires d’appartement, de maison, de terrain constructible ou non. Elle est également due pour tous les biens détenus, lesquels sont utilisés ou non par leurs propriétaires en tant que résidence principale.

Taxe d'habitation et taxe foncière, quelles diférences ?

Comment calculer la taxe foncière et la taxe d’habitation ?

Pour calculer ces taxes, il existe des méthodes spécifiques. Ces impôts locaux s’accompagnent de la contribution à l’audiovisuel et restent des impôts directs qui sont perçus par les collectivités territoriales. Ce genre d’impôt local se calcule sur la base de la valeur locative cadastrale qui est déterminée par le centre des impôts. Avant de les payer, chacun des contribuables est libre de faire une simulation par téléphone ou par écrit du montant exact à honorer.