Les avantages fiscaux d’un investissement dans l’immobilier neuf

L’investissement dans l’immobilier neuf est actuellement encouragé par l’État grâce à la loi Pinel dans le but de dynamiser ce marché. Prévue pour s’achever le 31 décembre 2017 au tout début, elle est actuellement reconduite pour s’étendre jusqu’en 2021. C’est donc le moment idéal pour investir dans le locatif pour jouir d’une réduction d’impôts jusqu’à 63 000 euros pour un contrat de location minimal de 6 ans. Si vous êtes prêt à mettre votre bien en location jusqu’à 12 ans, vous profitez d’une économie d’impôts encore plus importante à 21 %.

Ses avantages fiscaux

Le dispositif Pinel présente de nombreux avantages pour tous les contribuables prêts à investir dans l’immobilier locatif. Si vous investissez en France métropole pour une location de 6 ans, vous bénéficiez d’une remise d’impôt de 12 % sur cette même période. Vous avez toujours l’option de le rallonger pour 3 ans deux fois de suite. Ainsi, la réduction d’impôt est de 18 % pour une location de 9 ans et 21 % pour un contrat de bail de 12 ans. En même temps, vous pouvez investir sans apport et obtenir jusqu’à 63 000 euros de réduction d’impôts sur 12 ans pour un bien acquis à 300 000 euros.

Les engagements à honorer

L’État exige de vous d’honorer certains engagements en vue de vous octroyer ces différents avantages fiscaux. Avant tout, il faut investir dans un bâtiment portant un label d’économie d’énergie reconnue par l’État ou respectant la norme RT 2012. Vous pouvez acquérir 2 biens par année seulement. L’administration fiscale prend 300 000 euros tout au plus pour calculer la base de votre économie d’énergie. Si vous investissez plus dans un bien donc, le reste de votre investissement ne sera pas pris en compte. En même temps, cette base est limitée à 5 500 euros maximum par mètre carré.

Les différentes zones de la loi Pinel

Il y a 3 zones éligibles pour la loi Pinel en Métropole. Elles sont divisées en zone Abis, A et B1. La première, Abis, regroupe Paris et la petite couronne. Le reste de l’Île-de-France, la Côte d’Azur, Lille, Marseille, Lyon et Genevois français se trouvent tous dans la zone A. Par contre, Toulouse, les villes constituées de plus de 250 000 habitants et le reste de la Côte d’Azur sont regroupés dans la zone B1. La Zone B2 existe aussi, mais elle rassemble seulement les DOM-TOM et certaines villes spéciales.